Une BD contre le Grand Contournement Ouest de Strasbourg

Le GCO, Grand Contournement Ouest de Strasbourg, vient de se faire tailler des croupières par Lili Sohn. Son arme ? Des dessins…

Rien à foutre? Beihn nan !

My name is Lili

Lili, vous connaissez. Cette jeune Alsacienne a raconté son combat contre le cancer (maladie diagnostiquée à 29 ans), avec Tchao Günther, un comic strip génial, émouvant, drôle. Fallait oser raconter son quotidien avec cette saloperie dans un livre-bd intitulé “La guerre des tétons”… Sur les réseaux sociaux, Lili Sohn est connue comme le loup blanc. Du coup, quand elle prend son crayon pour dessiner une autre révolte, on regarde.

Cette fois, point de maladie, mais, pour les opposants au GCO, une sacrée verrue dans le paysage alsacien. “Le grand méchant GCO” parle de l’opposition à ce projet, pourquoi ce serait mal de le faire, comment imaginer autre chose. Tchapp a contacté Lili, chez elle, à Marseille.

Je viens de Kolbsheim, j’ai passé une enfance heureuse là-bas, c’est ma “Madeleine de Proust”. Je me suis simplement demandé : pourquoi j’ai pas envie du GCO ? Je raconte tout ça dans cette petite BD en ligne.

3 mois de boulot pour présenter des souvenirs, de la tendresse, beaucoup d’humour, des questions.

Voici enfin une initiative fraîche qui va redonner vie à un débat depuis trop sclérosé entre des hippies coincés dans des cabanes et des automobilistes suffoquant dans les bouchons. Je force un peu le trait...

Je ne veux pas de ce GCO. En 2017, quand on explique qu’il faut laisser tomber la bagnole pour les transports en commun afin de préserver le climat, construire une autoroute, c’est débile ! Il y a d’autres moyens non ? Pourquoi ne pas développer autre chose ?

Le truc qui gratte Lili, c’est le château de Kolbsheim et ses jardins. Souvenez-vous, des artistes s’étaient mobilisés il y a quelques mois pour dénoncer la construction d’un viaduc pas loin. Tchapp en avait parlé

Va te balader au château. J’ai vécu tellement de trucs dans ces jardins. Tu verras que t’as vraiment pas envie d’une autoroute moche qui passe juste à côté.

Ne pas faire la morale

Il n’y a pas dans ces dessins de “leçons” aux pros GCO. Dans les planches, Lili se raconte à Kolbsheim. C’est la sensibilité qui ressort et tout de même, un appel à la mobilisation.

Si mes dessins font réfléchir, tant mieux. Je veux faire passer un message, sensibiliser avec une touche d’humour, ce que je fais déjà avec mes histoires sur le cancer. Le but n’est pas de convaincre, mais de se poser les bonnes questions. Si cette autoroute voir le jour, ça fera très mal.

Pour elle, comme pour les opposants au projet, le CGO est illogique, hors du temps, déjà dépassé. 

Le camp d’en face

Et pourtant… Les épisodes de pollution de ces dernieres semaines à Strasbourg rappellent qu’il est urgent d’intervenir. Il n’est pas possible de laisser des milliers d’automobilistes bloqués des heures tous les jours dans les bouchons et les particules fines. L’une des promesses du GCO est de justement faire baisser la pollution dans le secteur. L’argument est rejeté par les opposants.

J’ai pensé aux automobilistes. C’est un vrai problème, mais je pense vraiment que tu si fais la promotion des transports en commun, comme le train, si les collectivités s’y mettent, tu peux y arriver.

Lili a déjà essuyé quelques critiques.

Quand je parle du cancer, je n’ai pas de remarques, c’est personnel et très sensible. Mais là… Quelqu’un m’a écrit : “au lieu de faire des dessins, tu ferais mieux de créer de la richesse comme le GCO ou l’aéroport de Notre-dame-Des-Landes. J’ai beaucoup rigolé et j’ai répondu avec un petit coeur, parce que je me dis que cette personnes doit manquer d’amour (rires).

“Le grand méchant GCO”, de Lili Sohn. Faites-vous une idée en découvrant la BD sur son site internet. Extraits dans notre slider.

Lili poursuit son combat contre le cancer. Le 4 février prochain, elle participe à une exposition artistique au Préo à Oberhausbergen. Ce sera une rencontre avec des femmes atteintes, à moins de 30 ans, d’un cancer. Les détails sur cet événement Facebook, Tchapp y sera pour vous faire vivre ce moment. 

Articles relatifs

Un social bar éphémère à Strasbourg

Egast 2018 : avec Jean-François Piège

Demon in the mirror : la web-série étudiante mulhousienne

L’Ecrin : nouvelle galerie d’art cherche perles rares

2017, l'aéroport de Strasbourg Entzheim en croissance