Les agriculteurs contre les importations d'huile de palme

Depuis hier soir 20H30 ont lieu des blocages partout en France. Les cibles ? Les raffineries et les dépôts de carburant pour faire entendre le message des agriculteurs au gouvernement.

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) a appelé à bloquer plusieurs dépôts de carburant face au dialogue rompu avec le gouvernement. 

Les agriculteurs bloquent les accès à l’aide de leurs tracteurs, de bottes de foin ou encore de fumier. 

Pour la région de Strasbourg, le blocage se passe au port aux pétroles où une centaine d’agriculteurs se sont réunis. 

Des échafaudages ont été mis en place et les agriculteurs ont passé une première nuit sur place dans le calme. 

Le but est dans un premier temps de maintenir le blocage pendant trois jours puis de renouveler l’action selon la réaction du gouvernement. 

La présidence de la FNSEA espère tout de même arriver à prolonger les blocages à une semaine en se relayant 24 heures sur 24.

Les revendications des agriculteurs

Avoir comme cible les dépôts de carburants et les raffineries a un but bien précis.

En effet, les agriculteurs manifestent contre les normes imposées par le gouvernement ainsi que les importations d’huile de palme pour la fabrication de biocarburants.

Or, selon les agriculteurs, ces importations vont petit à petit tuer l’agriculture française.

Selon eux toujours, les exploitations de colza sont suffisantes pour permettre de se passer de ces importations. 

En réponse à ces blocages, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travers a déclaré ce matin chez RTL :

Ces blocages sont illégaux et ce n’est pas en bloquant les raffineries qu’on arrivera à quelque chose

Des conséquences ?

Les prochains blocages posent la question d’une potentielle pénurie de carburant. 

L’Etat a tout de même tenté de rassurer les consommateurs en révélant que la France disposait d’un stock stratégique de carburant pour trois mois ce qui permet d’alimenter les stations le temps des divers blocages.