Le tribunal administratif de Strasbourg a ordonné à la commune de Dannemarie de retirer les silhouettes féminines qui font polémique. Le maire fait appel.

Ce jeudi matin, Paul Mumbach, le maire de Dannemarie, explique dans un communiqué qu’il va saisir le Conseil d’Etat pour contrecarrer la décision de justice tombée hier.

Il met encore en avant l’aspect artistique d’une exposition publique et l’égalité homme/femme pour justifier cette démarche. 

Pour l’édile, cette décision du tribunal administratif de Strasbourg est même “contraire à la cause des femmes”. 

Mobilisation des habitants

Un collectif de soutien au maire a lancé ce 10 août une pétition en ligne, pour maintenir en ville les silhouettes critiquées. 

Déjà plus de 503 signatures à la rédaction de cet article.

L’explication est savoureuse :


Le juge établit une hiérarchie dans les libertés fondamentales, entre la liberté d’expression, la liberté artistique et le principe d’égalité hommes-femmes. Il décrète que cette dernière dépasse toutes les autres et que la non application de la loi de 2014 cause un trouble à l’ordre public (Atteinte à la dignité et stéréotypes sexistes). Nous continuons à défendre et promouvoir le rôle des femmes dans notre société mais de façon concrète et tous les jours, pas seulement en philosophant lors d’un procès.

Nelson Mandela est cité dans le texte de la pétition !

Et comme le disait Nelson Mandela : la liberté ne peut se négocier, la liberté partielle n’existe pas.

Puis finalement, cette affaire devient, pour ce collectif, une cause nationale :

Alors si vous aussi vous trouvez cette décision injuste et que cette requête d'un collectif en mal de sensation, qui pour exister  intente une action qui ne fait en rien grandir la liberté des femmes signez cette pétition de soutien à Paul Mumbach, a ses adjoints, à la population de Dannemarie, et à l'ensemble des femmes Françaises qui ne se retrouvent pas dans cette décision. 

Depuis des semaines, un association féministe (Les Effronté-e-s) demande la suppression de silhouettes féminines installées à Dannemarie (125 en tout). 

Elles devaient rendre hommage aux femmes, mais sont jugées sexistes. 

Tchapp a déjà résumé l’affaire,

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Vous avez déjà donné votre avis.

J'aime 4
Indifférent 1
J'aime pas
Pour commenter télécharger l'application