Europa-Park, un téléphérique transfrontalier dans les cartons

Europa-Park doit présenter ce mardi son tout nouveau projet : construire un téléphérique au dessus du Rhin pour relier la France et l’Allemagne.

Dimanche 4 novembre, Emmanuel Macron était à Strasbourg pour lancer les festivités nationales du centenaire de l’Armistice de 1918. Mais pas que…

Le Chef de l’État a également rencontré Roland Mack, boss d’Europa-Park, qui lui a présenté un grand projet franco-allemand, porté par le parc de loisirs de Rust : un téléphérique au-dessus du Rhin !

Emballé, Emmanuel Macron s’est même fendu d’un tweet lundi soir pour saluer l’initiative.

C’est quoi cette idée ?

Mystère… Europa-Park dévoile tout en fin de journée lors d’une conférence de presse au parc. 

L’idée serait de faire partir un téléphérique d’Europa-Park, pour le faire arriver en Alsace, dans le Ried. Près de Rhinau ? Diebolsheim ? Rien ne serait décidé pour le moment. (voir carte dans notre slider).

Les contraintes environnementales et techniques seront très fortes, puisque passer au-dessus du Rhin dans le secteur, c’est aussi traverser une réserve naturelle par exemple, celle de l’île de Rhinau

En France, il faudra construire un complexe mêlant station de départ/arrivée et un parking pour les visiteurs. 

Et peut-être bien plus… 

Europa-Park pourrait tout simplement annoncer la construction d’un nouveau parc mêlant les thèmes des nouvelles technologies au développement durable. 

Avec au bout, des millions d’euros d’investissement, et les embauches qui vont avec.

Emmanuel Macron dans son tweet parle bien de “milliers d’emplois” dans le secteur.

La famille Mack, propriétaire d’Europa-Park, termine à Rust la construction de Rulantica, un complexe aquatique de 150 millions d’euros

Europa-Park a inauguré cette année son nouveau quartier français, avec une partie dédiée à l’Alsace…

Le parc de loisirs fait travailler 3600 personnes, dont la moitié de travailleurs frontaliers.

L’an dernier, l’entreprise allemande a recruté 300 personnes en Alsace.

L’annonce de ce projet, au moment du centenaire de la fin de la première guerre mondiale, est un symbole fort pour l’amitié franco-allemande.