Non à la barquette en plastique à l'école (Mise à jour)

À Strasbourg, des parents se mobilisent pour la suppression des barquettes en plastique dans les cantines.

Une lettre ouverte a été envoyée au maire de la ville, Roland Ries. La lettre est relayée par nos confrères de Rue89 Strasbourg. Les parents ont lancé une page Facebook, “Projet cantines Strasbourg” pour sensibiliser l’opinion publique. Voici un extrait de cette lettre :

Nous demandons à notre ville d'arrêter de réchauffer les repas dans des barquettes en plastique et de choisir un matériau plus sain lorsqu'il est chauffé. En effet, les repas servis aux enfants des jardins d'enfants et des écoles maternelles de la ville sont préparés à l'avance, conditionnés en barquettes en plastique, livrés, puis réchauffés dans ces barquettes avant d'être servis aux enfants dans les cantines. Qui d'entre nous voudrait consommer quotidiennement des repas réchauffés dans du plastique ? Nous demandons à notre ville de prendre en compte les risques liés aux perturbateurs endocriniens et substances éventuelles, qui migrent de l'emballage vers les aliments. On sait de nos jours qu'il y a toujours une migration de substances, même faible et en deçà des valeurs règlementaires.

La ville de Strasbourg doit lancer un appel d’offre pour la fourniture des repas en 2017 dans les cantines scolaires. Pour ces parents, voilà l’occasion idéale d’imposer des matériaux “durables”.

À midi ce lundi, 106 personnes ont signé ce manifeste, en remplissant un formulaire ou en envoyant simplement un message à cette adresse : projet.cantines.strasbourg@gmail.com

Ailleurs aussi

Les barquettes en plastiques ne sont pas plus aimées dans les autres villes. La commune des Sables-D’Olonne par exemple a renoncé aux barquettes en plastique après une mobilisation similaire en 2015. Même si les normes sont respectées par les industriels, le plastique peut dégager des produits nocifs. Sans parler de la gestion des déchets avec des milliers de barquettes à traiter chaque jour.

Mise à jour 15H

Ludivine Quintallet a contacté Tchapp. C’est la mère de famille à l’initiative de cette opération. La lettre a été envoyée hier aux élus de Strasbourg, qui n’ont pas encore répondu.

On ne connait pas les effets à l’avenir de l’utilisation de cette matière plastique sur nos enfants. Nous souhaitons l’utilisation de matériaux comme l’inox ou d’autres innovations plus saines et durables.

Inox contre plastique = repas plus cher ? Un éventuel surcoût est déjà discuté entre parents.

Nous parlons de la santé de nos enfants. Je pense qu’en discutant, tous les parents pourraient accepter (si le problème se pose dans les prochains temps) ce principe. C’est d’abord une question de sécurité. Le tout n’est pas de servir un repas, mais de savoir si ce que l’on propose à nos enfants est bon et sain.

Cette mère de famille se veut plutôt confiante.

Pourquoi ça ne bougerait pas ? Il y a eu des progrès ailleurs, donc je pense que Strasbourg, qui veut défendre une image “verte”, peut faire des efforts dans ce sens.