Omicron : un premier malade dans le Haut-Rhin

Le nouveau variant détecté en Alsace...

Un séquençage a révélé la présence du nouveau variant Omicron chez une personne habitant le Haut-Rhin révèle l’ARS Grand-Est dans un communiqué. 

Un voyageur résidant dans le Haut-Rhin a été testé positif au Covid le 26 novembre, de retour d’un séjour en Afrique du Sud. Le séquençage du prélèvement a révélé jeudi 2 décembre que cette personne était porteuse du variant Omicron. Il s’agit d’une femme entre 40 et 50 ans qui était symptomatique au moment du test.

La personne concernée est à l’isolement chez elle, ainsi que toutes les personnes qui étaient en contact avec elle. Cette femme était totalement vaccinée depuis juillet 2021 précise l’agence de santé.

C’est la première fois que ce variant de la Covid-19, préoccupant selon l’OMS, est signalé dans la région. 

Il y aurait à ce jour 13 cas de malades atteints du variant Omicron en France. 

Ce variant gagne petit à petit du terrain partout dans le monde. 

Les scientifiques étudient cette mutation pour déterminer sa dangerosité.

Rien n’indique à ce jour qu’Omicron est plus ou moins dangereux que la souche actuelle du corovanirus, Delta.

Selon les autorités, la vaccination (campagne pour la troisième dose en cours) est toujours efficace.

Le CHRU de Strasbourg déclenche le plan blanc à partir de ce jeudi.

Face à la hausse des hospitalisations en raison de la reprise épidémique, l’hôpital de Strasbourg augmente le nombre de lits en réanimation, déprogramme certains actes opératoires non urgents et appelle du personnel hospitalier en renfort.

La situation s’est fortement crispée en quelques jours.

74 patients sont hospitalisés actuellement à Strasbourg à cause de la Covid-19, dont 18 en réanimation, autant que durant un pic atteint en mai dernier. 

Le plan blanc est également déclenché à Colmar et à Mulhouse.

Un cordon sanitaire resserré au Marché de Noël de Strasbourg

Au 30 novembre, le taux d’incidence atteignait 414 cas pour 100 000 habitants dans l’Eurométropole, deux fois plus élevé qu’il y a une semaine indique la préfecture du Bas-Rhin.

La préfecture qui a tapé du poing sur la table cette semaine, face à la situation du marché de Noël de Strasbourg. 

Les consignes sanitaires sont peu respectées, comme la distanciation physique entre autres, ou l’obligation de se restaurer dans des zones dédiées (avec pass sanitaire), et non dans les rues ou les allées. 

À partir du vendredi 3 décembre, il a été décidé de durcir le ton.

Désormais, le pass sanitaire sera obligatoire pour accéder aux places Broglie et Kléber, les endroits les plus fréquentés avec le grand sapin notamment.

Les commerçants sont menacés de fermeture immédiate s’ils ne font pas respecter les consignes. Les amendes vont pleuvoir sur les visiteurs qui ne portent pas les masques obligatoires.

La préfecture indique bien : “verbalisations systématiques”. Comprendre que le temps de la pédagogie et du dialogue pour inciter est bien révolu. 

Les panneaux pour informer les visiteurs des mesures à tenir seront plus visibles, il y aura également des messages audio pour rappeler la nécessité de se désinfecter les mains, de maintenir ses distances, de ne pas boire ou manger en dehors des “food corner”. 

Les horaires de fermeture vont changer : à 20h, tous les chalets fermeront, au lieu de 21h le vendredi et 22h le samedi.