Une cagnotte en ligne pour sauver des chevaux de l'abattoir

Le club équestre d’Obernai est en liquidation judiciaire. En ligne, on se mobilise pour sauver les chevaux du centre.

Il y a urgence. La liquidation judiciaire du club a été signifiée vendredi dernier. 

L’association qui gérait les activités, n’a pas pu faire face à une dette de 180 000 euros. Elle était en cessation de paiement.

Désormais, le matériel et les chevaux du club d’Obernai sont à vendre. Un mandataire judiciaire se chargera cette semaine, de la valorisation et de la vente des lots.

Sur Internet, un groupe de cavaliers se mobilise pour sauver les poneys et les chevaux.

En effet, les montures sont à vendre. Mais certains craignent que sur les quinze bêtes concernées, les chevaux les plus âgés (ils sont quatre ou cinq) finissent à l’abattoir. 

Une cagnotte sur le site Leetchi a déjà récolté plus de 3000 euros en un week-end.

L’objectif est de placer dans une association à Mietesheim (Balzane, élevage du Tal), les chevaux ou poneys qui n’auront pas trouvé de nouveaux propriétaires de suite.

Et d’attendre des jours meilleurs, loin du boucher…

Les explications sur le site. 

Certains auront la chance d'être rachetés, d'autres en revanche, plus vieux et arrivant en fin de carrière, n'auront certainement pas cette chance, et notre plus grande peur est qu'ils prennent la mauvaise route. Afin de sauver le maximum de poneys et chevaux d'un avenir incertain, nous lançons un appel aux dons. Les poneys et chevaux pouvant être sauvés grâce à vos dons, seront hébergés au sein de l'association Balzane, le temps de leur trouver de gentils propriétaires pouvant leur assurer un avenir serein. A l'heure actuelle une quinzaine de poneys et chevaux sont à sauver !

Tchapp a contacté Isabelle Courte, membre du centre équestre d’Obernai, qui a lancé cette cagnotte.

Nous avons trois poneys Shetlands qui ont 20 ans, un vieux cheval qui doit suivre des soins. Nous craignons pour eux… Ils ont une grande valeur sentimentale.

Les dons sur Leetchi sont libres. L’organisatrice espère obtenir au moins 7000 euros pour faire face au frais d’hébergement de ces chevaux.

Il faut se dépêcher, les ventes doivent se terminer d’ici à fin février. 

Les murs du club équestre appartiennent à la ville d’Obernai, qui souhaiterait relancer, dans les prochains mois, l’activité. 

Photos @CentreEquestreObernai