Bio et local, une tendance conso qui s'affirme

La ferme Saint-Blaise à Valff fait du bio depuis 1992. Un nouvel espace de vente directe est développé, preuve de l’engouement des particuliers pour cette démarche.

La progression est importante : en 2017 en France, on a consommé pour plus de 8, 3 milliards d’euros de produits alimentaires biologiques.

+17 % par rapport à 2016 ! C’est environ (et “que” pour le moment...) 4,4 % de tous les produits alimentaires consommés dans l’hexagone. 

69% des produits biologiques consommés en France sont fabriqués dans le pays. 

“Je consomme mieux, local, bio, en circuit court...”... à force de rabâcher depuis des années ces principes pour lutter par exemple contre la malbouffe, le gaspillage alimentaire et énergétique, vous changez lentement vos habitudes de consommation.

Les ventes directes producteurs/clients se développent partout en Alsace, comme à Valff, à la ferme Saint-Blaise qui vient d’aménager un tout nouveau magasin dans ses murs, deux fois plus grand que l’ancien.

La ferme produit principalement des fruits et légumes de saison, les classiques comme les patates, les carottes, les courges. 

Depuis peu, elle développe aussi de “nouveaux produits”, pour répondre à la curiosité des consommateurs : patate douce, plusieurs variétés de choux etc…

Homéopathie

Le tout en bio, mieux, en biodynamie.

On utilise des préparations spéciales pour renforcer la plante. C’est de l’homéopathie en fait. La démarche est encore plus précise est rigoureuse que pour le bio. 

Maurice Meyer, le boss, est un peu le pape du bio en Alsace.

Depuis 1992 et sa première plantation, il prêche pour sa paroisse bio, ici et partout dans le monde. Maurice travaille fréquemment en Chine pour aider les agriculteurs de ce pays à développer le bio…

Très important pour nos clients, qui viennent du village et des environs, tu fais de la production locale, en plus en biodynamie qui n’est pas encore assez développé chez nous, contrairement à l’Allemagne. Ces arguments portent vraiment de nos jours. Lors de nos portes ouvertes il y a quelques jours, nous avions énormément de monde.

Deux jeunes travaillent avec Maurice Meyer. Formés, dans le bain, ils vont plus tard reprendre l’exploitation. 

Think Different 

L’un d’eux, Thibaut, 34 ans, a bossé dans l’agriculture conventionnelle. 

Tu avais des légumes gustatifs, c’est vrai. Mais tu avais trop, tout le temps. Des tomates en hiver… Ce n’est plus possible de penser comme ça, il faut éduquer, sensibiliser. Maintenant, je sais ce qu’il y a dans mes produits et j’explique tout aux clients. 

Le bio connait un engouement sans précédent. Une étude d’un réseau de distribution révèle qu’il faudrait 60 000 producteurs de proximité de plus en France pour répondre à la demande dans les cinq ans. 

Changement de stratégie pour l’agriculture également. Le paysan qui fait du bio, produit moins, mais gagne mieux sa vie. 

Reste le prix, considéré par beaucoup de consommateurs comme un frein à l’achat.

Le truc, c’est de s’informer et d’acheter des produits de saison. Dans ce cas, il n’y a pas une grande différence. 

Victime de son succès, tout le monde se sert sur le bio et le dos du consommateur, qui n’est pas que le bobo friqué de la Krutenau.

Selon une enquête de Que Choisir, dans la grande distribution, 46 % du surcoût du bio est provoqué par les marges appliquées. 

Tchapp visité la ferme Saint-Blaise. Vidéo dans notre player. 

La Ferme Saint-Blaise ouvre sa boutique de vente directe le vendredi et le samedi à Valff. Toutes les infos

Retrouvez les produits biodynamiques de cette ferme au salon Biobernai, qui démarre ce vendredi à Obernai, jusqu’au 16 septembre. 

Tchapp est partenaire de l’événement, organisé justement par Maurice Meyer.

Nous en avons parlé ici et nous suivrons les actualités de ce salon du bio tout ce week-end.