Daniel Rettig est le dernier taxidermiste du Bas-Rhin. Mais la relève arrive...

Direction Gambsheim. Alsacien pure souche, Daniel est un amoureux de la nature. Enfant, il passait ses journées en forêt au milieu des animaux. Adulte, Dany n'est pas devenu garde forestier mais empailleur professionnel. Et le voilà qui passe dix heures par jour, dans son atelier à créer l’illusion et redonner vie aux cerfs, mouffettes, renards et sangliers.

Depuis ma tendre enfance, j’ai vu mon père s’adonner à sa passion, j’ai grandi dans le milieu des animaux vivants, jusqu'à leur mort et conservation. C’est une façon de rendre hommage... 

L’art de redonner la vie

Ne voyez rien de glauque dans la démarche de Daniel. L'homme n'a aucune fascination pour le morbide. Pour arriver à un résultat irréprochable, le taxidermiste se documente, apprend les attitudes des animaux vivants en pleine nature.       

Règle d'or : une pièce empaillée réussie est une pièce fidèle à la réalité. Pour lui, la taxidermie est tout simplement une autre manière de préserver la faune et la flore.

Tout petit, en allant à l’école, je savais identifier chaque oiseaux et mammifères locaux. Il n’y a rien de plus naturel que de voir du vrai à condition que le professionnel respecte son travail et l’animal. Mal traiter un animal mort, ce n’est pas lui rendre hommage. Dans ce cas là, autant l’enterrer.

Taxidermiste : espèce en voie de disparition

Ils sont de plus en plus rares à frapper à la porte de l’atelier. Vous ne trouverez que quelques irréductibles chasseurs fiers de leurs trophées. Et parfois des anonymes, bouleversés par la perte de leur compagnon à quatre pattes. Daniel Rettig permet ainsi de conserver le lien si particulier entre l'animal et son maître.

Ce sont des personnes passionnées pour qui mon travail est très utile. Ils ont connu leur animal pendant des années. La position, le regard sont importants. J’essaye de les conseiller pour qu’ils ne s’en lassent pas, pour qu’ils aient leur petit être près d’eux, qu’ils puissent les caresser. Une sorte de repos éternel avec un petit aspect vivant. 

La réputation du maître Rettig traverse les frontières alsaciennes. Sa plus belle pièce ? Il l’a achevé il y a quelques semaines avec sa femme Malia : un magnifique lion commandé par la maison Deyrolle : plus de cent heures de travail...

Une relève inattendue

Un soir de 2014, une jeune femme pousse la porte de l’atelier de Daniel, elle veut devenir apprentie taxidermiste. Il veut l'en dissuader mais rien n’y fait : Kristen est motivée et passionnée.

Beaucoup de personnes sont déjà venues, je les ai découragé en leur faisant comprendre que le métier est très difficile. Elle a tout fait pour que j’accepte ! Elle voulait à tout prix apprendre...

L’artisan devient finalement son mentor…La jeune femme de 27 ans prépare actuellement un apprentissage. Trois semaines par mois, elle seconde Daniel à l’atelier. Après 39 ans de métier, Daniel Rettig rendra son tablier en juillet prochain. 

L’ombre du vieil homme continuera longtemps de planer dans le petit atelier, au moins pour finir les nombreuses pièces en cours et achever la formation de sa jeune apprentie.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Vous avez déjà donné votre avis.

J'aime 3
Indifférent 0
J'aime pas 0