La volerie des aigles : le château dans le ciel...

La Volerie des Aigles à Kintzheim vous accueille durant ces vacances de la Toussaint.

Le parc animalier s’organise autour du thème “Mythes et Légendes”, du 23 octobre au 7 novembre.

Les soigneurs raconteront durant les présentations, les histoires qui entourent depuis la nuit des temps, les rapaces.

En plus des vols d’oiseaux, des animations spécifiques sont imaginées pour les enfants, comme du coloriage. 

Toutes les informations ici

Unique

Il y a déjà le lieu...

La Volerie des Aigles se trouve au château de Kintzheim, pas loin du Haut-Koenigsbourg.

La vue est superbe sur la plaine d’Alsace, sans parler de la bâtisse du 12ème siècle, classé monument historique depuis 1965.

Voici le terrain de jeu de vautours, faucons, pygargues, chouettes.

Le côté pile du parc, ce sont des animations, des représentations en public de volatiles, tous nés en captivité.

Ça virevolte dans tous les sens, les rapaces frisent les cheveux des spectateurs parfois. On dirait une danse, dans le ciel. Bluffant…

Les animaux restent sauvages, même “s’ils vivent” avec l’homme.

Ici pourtant, on ne parle pas de dressage, mais d’affaîtage. 

Tu ne fais pas ce que tu veux avec un rapace. Si l’oiseau ne veut pas, tu ne peux rien faire. Il faut absolument créer un rapport de confiance

explique Matthieu Moirod, 34 ans, le responsable en second.

Un appât posé sur un gant en cuir permet d’attirer l’attention. Et de faire comme s’ils vivaient en pleine nature, en simulant par exemple des actions de chasse ou de pêche.

C’est d’ailleurs ça qui rend les séquences uniques : tout se fait en plein air, à ciel ouvert, les spectateurs ne voient pas les oiseaux dans des cages.

Ce n’est pas un zoo, encore moins un cirque, on ne contraint jamais… Les oiseaux peuvent partir c’est vrai, mais ils reviennent toujours parce qu’ils savent qu’ils sont en sécurité ici, qu’il y a de la nourriture facile. Un rapace c’est fainéant : il ne vole que pour se nourrir, chasser ou se reproduire. Pas pour le plaisir, ça lui demande beaucoup trop d’énergie.

Préserver

Le côté face de la chose, peut-être moins bien connu du grand public, est l’aspect préservation des espèces.

La Volerie des Aigles imagine en 1978 le premier centre de reproduction de rapaces en France. 

Depuis, plus de 1700 oiseaux sont nés en Alsace Centrale.

C’est en captivité, mais nous préservons des espèces qui sont en voie d’extinction…

Un important travail est mené avec d’autres parcs animaliers en Europe, avec des échanges, pour sauver ces rapaces, parfois les réintroduire dans des milieux naturels, surtout faire de la pédagogie envers le grand public.

Nous avons encore des idées reçues sur ces oiseaux, le vautour amène la mort par exemple, comme dans les films. Non, au contraire, ils débarrassent la nature de cadavres d’animaux. C’est sain. Il faut expliquer et prouver aux gens qu’il y a un univers passionnant, indispensable pour maintenir la biodiversité.

Matthieu et Daphnée

En vidéo sur Tchapp, découvrez le métier de soigneurs à la Volerie avec Matthieu et Daphnée.

Ces passionnés réussissent à créer un lien avec des animaux sauvages.

Ce qui est tout de même l’un des trucs les plus difficile dans le monde animal…

La Volerie des Aigles est ouverte jusqu’au 11 novembre. Entrée à partir de 6 euros 50, billetterie en ligne à cette adresse