Un peu de magie chez Sati

5ème édition des Talents Sati. Le torréfacteur strasbourgeois aime l’art moderne et l’affiche sur son usine du port du Rhin.

C’est d’ailleurs, peut-être, la création artistique la plus visible de Strasbourg…

30 000 voitures passent chaque jour devant le site, et donc, l’oeuvre qui y est accrochée durant un an.

Sati organise depuis 5 ans un concours d’art transfrontalier, ouvert aux écoles suisses, françaises et allemandes.

C’est pas du chiqué. Il y a des dizaines de dossiers déposés tous les ans, un jury qui vote, composé de professionnels de l’art contemporain dans le bassin Rhénan.

L’idée, limpide : faire une alliance entre l’industrie et les jeunes créateurs.

Ce principe, “art porté par des entreprises”, se développe (enfin, des années lumières après la Grande-Bretagne par exemple).

Vous vous souvenez de “L’industrie Magnifique” en mai dernier à Strasbourg ? Tchapp y était

Bref, chez Sati, avec une toile de 150 m2 à l’entrée d’un quartier en pleine ébullition, la visibilité est maximale pour des artistes.

Le chèque offert aux vainqueurs est pas mal non plus : 4000 euros pour Joanna Hateley, 27 ans et Thomas Roger, 22 ans, les lauréats 2018.

C’est qui ?

Les deux designers sont diplômés de la HEAR Mulhouse, Haute École des Arts du Rhin.

Joanna se spécialise dans le textile.

Thomas adore l’art numérique. L’oeuvre a été fabriquée avec des outils 3D.

C’est quoi ?

Vidéo dans notre player. Appréciez l’illusion d’optique et la recherche de profondeur dans les structures. 

Les designers de la HEAR parlent de magie en milieu industriel, avec un mélange de formes géométriques et organiques. 

La création s’appelle “Curiosités Industrielles”. 

Pourquoi ? Parce que. 

L’art, c’est d’abord le pouvoir d’aiguiser l’imaginaire… À vous d’imaginer la suite.