Des entreprises galèrent à recruter

Le Zénith de Strasbourg s’est transformé ce mercredi en job dating géant.

L’ambition des Traqueurs de l’Emploi était de faire se rencontrer les entreprises du coin avec les demandeurs d’emploi.

Plus de 100 boîtes ont participé, proposant des centaines d’offres aux candidats.

Et ? Bof…

Dans les allées du salon, il y avait une question : mais où diable sont les postulants ?

C’est le plein emploi parait-il lance une responsable d’un fabriquant de stores, avant de sourire et de lâcher un “ouais c’est compliqué en ce moment”.

Le taux de chômage dans le Bas-Rhin est d’environ 6%, en large baisse depuis un an selon les chiffres de l’ADIRA. Comptez un peu plus de 7% dans le Haut-Rhin.

Moyenne nationale, 7,4% ! Du jamais vu depuis belle lurette.

C’est un marché de candidats. Ils deviennent exigeants et c’est aux entreprises de s’adapter . Il faut comprendre le monde actuel

explique Mélanie Jein, qui représente le groupe Hartmann à Châtenois.

Tous les recruteurs sont d’accord : le salaire ne suffit pas. L’entreprise aujourd’hui doit proposer un cadre professionnel développé, donner envie.

Et surveiller le petit copain d’en face…

Il y a une guerre des talents entre entreprises. C’est difficile parfois de s’aligner. Sans parler des méthodes de chasse des cabinets de recrutement. C’est galère…

lâche Sonia Bach, responsable des recrutements chez Lohr.

Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. 

Schmidt Group par exemple, à Lièpvre, les fameuses cuisines, reconnait bien quelques tensions sur des postes (la maintenance).

Mais grâce à notre image de marque, nous n’avons pas de grandes difficultés à recruter 

explique Anna Grosson, en charge des embauches pour la groupe.

Témoignages de RH, parfois désabusés, en vidéo.

R-GDS

L’entreprise en charge du réseau de distribution gaz était présente au Zénith, pour rechercher des conducteurs de travaux par exemple, ou des agents d’intervention clients.

10 postes sont à pouvoir en ce moment.

Comme de très nombreuses entreprises, les offres sont en ligne. Vous pouvez les consulter ici.

Et comme de très nombreuses entreprises, R-GDS peine à recruter.

Tchapp en avait déjà parlé , alors que le marché de l’énergie se développe et se transforme.

Un paradoxe souligne Jacky Humler, le directeur RH de l’entreprise.

Aujourd’hui, on a des difficultés à rencontrer des candidats.Très souvent, les prétentions salariales sont exagérées pour les postes à pourvoir. Heureusement, il y a aussi de belles expériences. Nous travaillons en ce moment avec une personne en stage chez nous, en situation de handicap, qui a une énergie folle dans son travail. Nous réfléchissons à nous adapter et poursuivre avec elle.

R-GDS est partenaire de Tchapp.