Une valise éco-conçue, assemblée en Alsace, fait un carton sur Ulule.

Dot-Drops a initié un financement participatif pour lancer sa nouvelle valise, à la fibre écolo. 

Ils ont demandé au départ 10 000 euros. La campagne se termine dans quelques jours, l’équipe à la tête du projet va empocher plus de 70 000 euros !

Un succès dingue, preuve que Dot-Drops a eu du pif sur les attentes des consommateurs.

Il y a 10 ans, tu n’aurais certainement pas eu ça. Les consommateurs n’avaient pas du tout cette attention envers l’environnement, qui existe aujourd’hui.

nous explique Julien Ehret, le fondateur de Dot-Drops.

Tchapp l’a rencontré à Holzheim, chez All Solutions, un grand centre logistique.

Les nouvelles valises Dot-Drops sont assemblées là-bas, à la main.

Quand tu parles d’une ligne de montage, tu t’attends à des robots et des machines. Du tout… Ici nous avons adapté deux postes de travail pour assembler les valises. C’est de la visserie.

Green spirit

Dot-Drops a imaginé une valise éco.

Écologique tout d’abord, avec des matériaux recyclables et une fabrication qui limite les déchets ou l’utilisation d’énergie.

Le bagage est estampillé “Longtime”, un label très rigoureux qui certifie la durabilité de l’objet (matériaux durables, fiabilité, achat responsable etc...).

C’est économique aussi, puisque vous avez ici une valise réparable. 

Simple, nous avons un type de vis pour tous les éléments. Tu casses une poignée, ou une roue, tu prends une pièce détachée, tu dévisses, tu visses, c’est réglé. Il n’y a pas de fond en tissus. Tu accèdes facilement à la structure de la valise. On a des poches en tissus que tu rajoutes pour ranger tes affaires. 

Bête comme chou, mais dans l’industrie du bagage, c’est une petite révolution.

Selon Dot-Drops qui a étudié la chose, 84% des valises endommagées ne sont pas réparées. Zou, direction la benne ou le pourrissement dans la cave.

Non pas que ce ne soit pas “réparable”. Ce n’est pas “réparé”, nuance.

La faute au grand capital comme dirait l’autre, et à un marché du volume où les fabricants de valises préfèrent écouler les nouveaux modèles plutôt que de s’encombrer à changer une roue à 10 balles.

On voyage léger, mais on consomme jetable…

Nous nous battons contre ça. La valise est garantie 20 ans.

Et si ça casse, les pièces sont envoyées gratuitement au client, explique la page dédiée au projet.

Relocalisation

Plus qu’une valise verte et vertueuse, Dot-Drops veut croire à un projet industriel alsacien.

Cette valise, c’est la relocalisation de l’assemblage, en France. Elle a démarré à Holzheim.

Demain ? Il faut structurer toute une filière qui n’existe pas, ni ici, ni ailleurs dans le pays.

Toues les valises à roulettes sont fabriquées en Asie. Tu as la R&D là bas. Nous, nous rapatrions l’assemblage ici. Mais pour du vrai made in Alsace, il faudrait de la plasturgie pour les coques, et d’autres métiers. spécifiques. Nous espérons y arriver.

BPI France et l’ADEME, entre autres, soutiennent le projet DOT-DROPS, qui a nécessité plusieurs centaines de milliers d’euros en investissement.

Dernier point qui attire l’attention. C’est une valise. Ok... Quatre roues, une poignée, roule ma poule on va à Rio.

Dot-Drops a réussi à rendre l’objet innovant, sexy, fun, pertinent, avec une forte présence sur les réseaux sociaux pour se faire remarquer.

La valise à par exemple sa propre page Instagram

Combien ça coûte ? À partir de 259 euros pour une valise cabine.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

Vous avez déjà donné votre avis.

J'aime 2
Indifférent 0
J'aime pas 0