Hello'Girls, des créatrices d'entreprises so girly à Strasbourg

L’espace de coworking Hello’Working à Strasbourg a lancé mercredi dernier son tout premier événement 100% féminin, 100% créatrices d’entreprises, “Hello’Girls”. 

Le concept : rassembler en un seul lieu de jeunes entrepreneures strasbourgeoises pour échanger, présenter des projets branchés, se marrer un peu et se pomponner. 

Beaucoup moins austère qu’une réunion entre des cadres dirigeants (powerpoint, café dans des gobelets, ronflements...), Hello’Girls a misé à fond la carte “girly”.

Il y avait des maquilleuses et une masseuse pour passer du bon temps, un traiteur avec les dernières tendances végétariennes, et Lily Butterfly

L’artiste de cabaret a fait sensation en éclatant les ballons accrochés à son corset, et en jetant des confettis un peu partout.

Une manière de dire qu’entreprendre au féminin, c’est aussi fun.

Tchapp a assisté à ce rendez-vous des jeunes créatrices d’entreprises (le seul mec accepté dans l’assistance, le rêve, merci Mylène...).

Témoignages en vidéo dans notre player.

De la gniak et des idées

Bijoux, boissons naturelles, cosmétiques bio, plusieurs projets, portés par des femmes, ont été présentés.

Le café se dévoile” par exemple, de Delphine Dornstetter, 28 ans. 

J’ai lancé une abonnement à du café de spécialité, que les clients reçoivent tous les mois. J’adore faire découvrir de nouvelles saveurs.

A Comer”, de Maeva Colon, est un service de traiteur et d’événementiel. Elle cuisine du “catering fraîcheur”, avec des légumes de saison.

Emy Tsubasa a 27 ans. Elle a lancé il y a tout juste sept mois sa marque de mode à Strasbourg et peaufine sa boutique de commerce en ligne, qui doit voir le jour très bientôt.

Alexandra Lapeyre (Sweet & Fairy) propose elle des pâtisseries sur commande, pour différents événements. Il parait que ses macarons déchirent…

Ce rendez-vous Hello’Girls permet d’échanger des idées, de se donner des tuyaux pour améliorer ses affaires, de se montrer à un nouveau public (il y avait des blogueuses dans l’assistance). 

Oui, l’actualité c’est plutôt de dire que dans le travail, il y a encore trop d’inégalités entre les hommes et les femmes, mais avec l’envie et une bonne idée, nous voulons montrer que nous pouvons aussi y arriver 

nous explique Delphine.

Maeva, qui a une vulve brodée sur le t-shirt pour défendre son côté féministe, rajoute que finalement, être femme entrepreneure c’est pas le plus marquant.

Si tu veux partager et si tu es motivée, l’entrepreneuriat a aussi de bons côtés. Pour les hommes et le femmes...

Emy, elle, a imaginé sa collection en pensant entre autres aux femmes qui se battent. 

Il faut savoir s’assumer, vouloir porter ce qu’on veut, penser librement. Et dans notre société, certaines mentalités régressent sur ces points. En plus, être femme entrepreneure, ça peut rajouter à la complexité. Ici, tu ressens la solidarité féminine. 

Point commun ? Le sourire.

Un autre ? L’envie de réussir et de défendre son idée. Et ça, homme ou femme, c’est le même combat quand on est/a sa propre boîte...