Une semaine paralympique dans les écoles

Avant les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024, une sensibilisation au handicap est organisée dans les écoles d’Alsace jusqu’au 6 février.

Au travers d’activités et d’ateliers pédagogiques, il s’agit de présenter les valeurs de l’olympisme et de parler du handicap dans le sport aux jeunes de moins de 12 ans.

Cette opération est l'occasion de travailler des thématiques telles que le fair-play, l'égalité, la santé et l'inclusion des élèves en situation de handicap.

Il y a un volet éducatif où les écoliers suivent des cours sur l’histoire des jeux. 

Et en pratique, des séances sont organisées pour simuler des activités en chaise roulante, ou les yeux bandés.

Les enfants pourront faire du cécifoot, foot à l’aveugle, du basket fauteuil, ou s’occuper avec un livret d’exercices à colorier.

Sélestat, Strasbourg, Haguenau, Colmar, Mulhouse… Ce projet se déroule dans de nombreuses écoles de la région et partout en France.

Vive le sport

L’autre idée derrière cette semaine est de faire la promotion plus large du sport en général. 

Et d’inciter les jeunes à 30 minutes d’activités tous les jours. 

Les formes que peuvent prendre les « 30 minutes d’activité physique quotidienne » sont variées et doivent être adaptées au contexte de chaque école. Elles peuvent être fractionnées et combinées sur les différents temps scolaires, mais aussi périscolaires. Les temps de récréation peuvent aussi être investis pour amener les enfants à se dépenser davantage et lutter contre la sédentarité avec des pratiques ludiques.

C’est d’autant plus important qu’avec les mesures sanitaires contre la Covid 19, de nombreux jeunes ont été obligés de réduire les pratiques sportives (fermeture des salles ou clubs, confinements etc...).

Une récente étude de l’Observatoire National de l’Activité Physique et de la Sédentarité a mesuré qu’en moyenne, les enfants ont passé 36% plus de temps à être assis. 

Mauvais pour la santé avec le risque, par exemple, de prise de poids et de diabète.

A l’échelle mondiale, 81% des adolescents n’atteignent pas les 60 minutes d’activités physiques quotidiennes recommandées pour la santé, et la France se positionne à la 119ème place sur un classement de 146 pays.

En moyenne, les enfants et adolescents passent 4 heures quotidiennement devant un écran, le double de la recommandation maximale de 2h.

Durant le premier confinement de mars 2020, le temps d’écran des petits de moins de 6 ans a explosé : +60,4 %.