Holo3, ou comment se faire prendre le cerveau

Tchapp a visité le laboratoire de réalité virtuelle HOLO3, à Illkirch-Graffenstaden.

Ce n’est pas ici que nous allons vous expliquer le principe. Pour ça, merci Wikipédia

En revanche, vous dire qu’il y a un champion français de cette cause geek installé en Alsace à Illkirch-Graffenstaden, oui !

Holo3 a largement dépassé le stade de la start-up. L’entreprise ne cesse de developper des technologies et des applications qui rendent cette réalité plus si virtuelle que ça.

Dans ses locaux, il y a une table de ping-pong (normal), une machine à café, un open space lumineux où bossent des développeurs, certainement avec des t-shirt Call of Duty ou licorne (mais nous n’avons pas vérifié).

Surtout, le coeur du système, c’est une grande salle noire, utilisée comme labo de démonstration. 

Différentes technologies sont utilisées pour plonger l’utilisateur dans un monde parallèle, sans drogues.

Explications...

Holo3 a développé, entre autres choses, une expérience de réalité virtuelle où vous vous déplacez sur la plate-forme de la cathédrale de Strasbourg.

Mieux, vous survolez la flèche de cette cathédrale.

Nous avons mélangé des images de drones et des créations numériques pour reconstruire l’environnement. Tu vas où tu veux, tu regardes où tu veux, tu es dans les airs et tu survoles Strasbourg comme un super-héros

explique Frédéric Colomina, le boss.

Alors oui, il y a certainement des trucs et des machins qui font des 0 et des 1 pour aboutir à ça. Le plus intéressant n’est pas là.

Ce flot de techno n’a qu’un but, “prendre le cerveau”.

Accrochez-vous !

Pour nous, tout se joue en 20 secondes une fois que tu as installé ton casque. On t’emmène dans un autre univers, tu nous fais confiance, on va te faire croire que tu es vraiment au dessus de la cathédrale.

La fréquence d’images est capitale pour ne pas être victime de cinétose. La gerbe en quelque sorte, le mal de mer qu’on peut ressentir au bout de quelques minutes isolé dans son casque.

Il faut construire ensuite la séquence de telle manière, que le cerveau ne soit pas vraiment leurré, mais un peu quand même.

Pour qu’il sente et fasse ressentir les éléments qui n’existent pas. Sans se mettre “en sécurité” en envoyant des signaux d’alerte.

Ce sont des mois de travail pour aboutir. Pour parfois, un résultat absolument bluffant, et des bravos. 

L’expérience de visite virtuelle de la cathédrale de Strasbourg est proposée aux touristes, au musée de l’Oeuvre Notre Dame.

Plus de 200 000 personnes ont volé au dessus de la flèche depuis la réalisation de cette application virtuelle en 2015.

Nous retouchons tout régulièrement afin d’améliorer l’histoire et les sensations. Il nous fallait 12 mois au départ pour développer ce type d’application. Aujourd’hui, la technologie va si vite qu’on peut faire en trois mois.

Tu as le vertige ?

Cette question fait sourire. Oui, et alors ? Je suis sur le plancher des vaches à Illkirch, on s’en fiche non ?

Xavier Boitte, le responsable marketing d’Holo3 sourit légèrement et conseille fortement de s’asseoir sur une chaise avant de “monter”.

Et il avait bien raison Xavier… En quelques clics et déplacements virtuels, vous vous retrouvez au bord de la plate-forme, sur la balustrade. Avant de voler au-dessus de la flèche.

Nous avons développé une aire de jeu numérique, un espace où tu peux te déplacer, au-delà de la plate-forme, dans le vide. Pour tester les sensations...

Certainement pour rire également de toutes celles et ceux qui lâchent un “oh p….” !

Que se passe-t-il ? 

Tu sais que tu es au sol, mais ton cerveau voit un danger, le vide, et bloque ton corps. Tu sais, mais tu es bloqué, il faut un temps d’adaptation

explique celui qui est capable de passer des heures dans le casque pour tester les configurations.

La réalité virtuelle, c’est jouer sur les risques et laisser une trace, une mémorisation de la perception comme le dit avec passion Frédéric Colomina.

Gagné ! Au dessus de la cathédrale, vous ressentez des frissons dans les jambes, le corps se crispe. On ose pas même si on le veut.

Formation

Truc techno la réalité virtuelle ? Machin réservé à ceux qui se voient maître du monde du metaverse (salut Mark !). Nope, pas que…

La réalité virtuelle sert à vivre des expériences, comme au dessus de la cathédrale, et de permettre à tous de voler comme un oiseau, ou d’en avoir l’impression.

Dans l’industrie, il est question de la formation. 

Nous travaillons avec des entreprises dans le Haut-Rhin. En une heure tu es formé à la manipulation d’une machine que nous avons reconstitué virtuellement. Tu lèves le couvercle, tu peux même mettre ta tête dans un four pour voir le fonctionnement. Tu gagnes un temps précieux…

Xavier Boitte parle aussi de transmission du savoir faire, avec des capteurs sur les mains d’une ouvrière textile. Des ordinateurs enregistrent ses gestes avant son départ à la retraite, pour transmettre plus tard, aux petits nouveaux, la bonne méthode grâce à l’immersion virtuelle.

Demain

T’es fan du racing ? Tu regardes un match avec un casque au camping dans le sud en vacances. Comme si tu étais à la Meinau. Tu auras une vision à 180 °. On est dessus…

rajoute Frédéric Colomina, qui explique sans rentrer dans les détails, avoir déjà mené des discussions avec les instances footbalistiques pour développer ce service.

Demain encore, la 5G. Ce nouveau réseau mobile pourrait emmener la réalité virtuelle dans une autre dimension. 

Il faut de la data, beaucoup de data, et un temps de latence très court. La 5G, c’est ça. Nous pourrons reprogrammer des robots à distance, avoir des voitures autonomes. Imaginez un peu : on parle de devoir gérer un million d’objets connectés au km2 ! 

Didier Liret, directeur des collectivités locales Alsace chez Orange fait le lien avec les entreprises, qui développent justement de nouveaux besoins, et innovent.

Comme Holo3 à Illkirch. 

L’avenir, je le vois avec des capteurs d’émotions. Ça arrive déjà ! On est capable par exemple lors d’un entretien d’embauche virtuel, de mesurer le degré de motivation pour un poste

explique Frédéric Colomina.

Orange, va ouvrir son réseau 5G à six nouvelles villes cette année en Alsace. Revoir l’article de Tchapp

Une révolution...

Le mot est utilisé par Holo3 pour parler de l’avenir prometteur des mondes virtuels.

Un monde que Frédéric Colomina souhaite libre, comprenez “pas aux mains des Gafam” qui pourront encore s’enrichir en vendant des services, et en mettant en avant des technologies fermées.

Mais c’est un autre débat.

Perturbant tout de même la réalité virtuelle, il n’y a pas le touché des surfaces, entre autres.

Ah oui, ça on ne sait pas faire du tout pour le moment… C’est ultra complexe et ceux qui ont essayé de mêler le tactile au visuel n’ont pas franchement réussi. Ce sera pour plus tard…

Xavier Boitte range son casque et coupe les programmes. C’est l’heure du café, bien réel cette fois.

En vidéo dans notre player, l’expérience Holo3, à découvrir également sur ce site web.

Orange est partenaire de Tchapp. Ensemble, nous vous présentons l’innovation en Alsace.